Petites histoires de tortues.

Sommaire:

1. Suprise à PRT

2. Souvenir de vacances !!!!! Tortues du Maghreb

Article no 2 - Le 3 juin 2010

 

Souvenir de vacances !!!!! Tortues du Maghreb

 

Destination Afrique du Nord ou n'importe quel autre pays habités par les tortues. Profitez de votre séjour, mais lorsque que vous rencontrerez sur un marché, des tortues entassées dans des caisses, résistez à votre pulsion d'en acquérir une, même si vous pensez la sauver.

Un souvenir vivant ?? Trop tentant !! Cependant, gardez ceci à l'esprit:

 
- 95 % de ces tortues importées illégalement meurent suite à de mauvaises conditions de transport et de maintenance


- Vous appauvrissez la biodiversité en participant à ce trafic


- Aucun aménagement ne comblera parfaitement les besoins des tortues survivantes


- Une tortue ramenée pour être "sauvée" par des personnes qui croient bien faire = une tortue morte…..et une autre prélevée dans son milieu naturel pour la remplacer à l'étalage….

Nous comptons sur vous pour faire passer cette information.

 

En Suisse, il est possible de se procurer une tortue terrestre née en captivité ou avec un peu de chance d'en adopter une à notre centre. Nos tortues terrestres sont placées uniquement en jardin, dans un espace aménagé pour elle.

 

Photo groupe Facebook: 

STOP à l'importation ILLEGALE de TORTUES en provenance du Maghreb !!!!

Groupe sur Facebook:

http://www.facebook.com/?ref=home#!/group.php?gid=62839770782

retour au sommaire

 

Article no 1, le 8 avril 2010

Surprise à PRT.

Samedi 10 octobre 2009, après un été sans précipitation, la pluie se met à tomber sur Chavornay et notre centre de tortue.

  

 

 Les tortues de terre sont cachées dans les serres, quelque têtes de tortues d'eau pointent leur nez timidement hors de l'eau. L'automne arrive, l'hibernation de nos amies se prépare gentiment.

Les sentiers en ballast, entre les étangs, qui étaient durs comme du béton tout l'été, se gorgent d'eau. Quelques personnes visitent nos extérieurs, quelque peu déçus de l'activité qui y règne. Quand, tout à coup, au milieu du chemin central la terre remue, quelque chose remonte. Une taupe, non pas possible, les taupes peuplent les champs. Pourtant c'est bien un animal tout noir qui sort de ce trou, plutôt de ce nid, vite nous l'attrapons. Mais oui, c'est une tortue, mais pas n'importe laquelle, c'est une tortue hargneuse, une Chelidra Serpentina, quelques spécimens adultes habitent les étangs.

 

En regardant d'un peu près, nous constatons avec stupeur, que plusieurs d'entre elles sont déjà sorties de l'œuf et sont comme posées sur l'eau.Munis d'une caisse, nous les récupérons, 1, 2, 3, 10, 15, 20, 25 petites hargneuses, nous sommes tous excités par cette découverte et les visiteurs ne regrettent pas d'être venus au centre ce samedi.

 

Une fois rentrées à l'intérieur du centre, elles sont installées dans un petit bac, avec 10 cm d'eau, une souche et un peu de végétation. Nous sommes un peu sous le choc, 25 hargneuses qu'allons-nous en faire ?

 

Le lendemain, dimanche, nous nous rendons au centre et en trouvons 4 dans les étangs, les jours suivants encore 2. Les œufs ont tous éclos et étaient tous fécondés du 100 % de réussite, nous aurions voulu le faire que nous ne serions pas arrivés.

 

Au cours de l'hiver, plusieurs bénévoles, bien équipés chez eux, ont adopté quelques bébés, quelques-unes n'ont pas survécus.

 

Samedi 20 mars 2010, les étangs dégèlent, quelques tortues d'eau grimpent péniblement sur les plages pour se réchauffer. Il fait beau, nous sommes si heureux de retrouver nos amies qui ont passé tout l'hiver à l'extérieur. Et là, oh stupeur, mais c'est quoi ce petit truc dans l'eau, nous nous frottons les yeux, non nous n'avons pas d'hallucination, c'est une petite tortue hargneuse qui sort d'hibernation. Sortir de l'œuf, plonger dans l'eau, hiberner de suite, cette tortue nous pousse à l'admiration. Hargneuse, mot du dictionnaire : mauvaise humeur, qui manifeste de l'agressivité. Nous pourrions ajouter, envie de vivre à tout prix.

 

Nous installons vite à l'intérieur du centre dans un petit bac. Impossible de la faire cohabiter avec ses congénères qui sont 4 fois plus gros qu'elle.

 

Vous pouvez les admirer le samedi matin, peut-être en parrainer une ou en adopter une. Mais attention, ce sont des tortues hargneuses, cet adjectif veut bien dire ce qu'il veut dire. Et dans 40 ans, elle sera comme notre amie Gabs, qui trône au milieu du centre dans sons énorme aquarium, une belle tortue tortue de 15 kg, mangeuse de gros poissons et autres.

 

Morale de cette histoire, malgré la magie de ces naissances, cette année nous veillerons à détruire les nid d'œufs de tortues hargneuses, le but du centre et la récupération et le placement des tortues et non la reproduction.

retour au sommaire